9 raisons pour lesquelles j’ai arrêté d’être freelance

Après plus de 2 ans à vivre majoritairement des mes activités à mon compte en freelance, j’ai pris la décision depuis déjà plusieurs mois de retrouver un cdi.


Pour que cette expérience serve à ceux qui hésitent à se lancer, voici un retour des raisons pour lesquelles j’ai arrêté et donc des conseils pour que vous n’ayez pas envie d’arrêter :

1. Le paiement des missions

Si je devais donner la plus grande raison pour laquelle j’arrête d’être freelance, c’est parce que je n’en pouvais plus d’attendre le paiement de mes factures avec plus de 4 mois de retard.
Alors que j’ai toujours effectué mes missions en temps et en heure, pour de multiples raisons et parfois juste parce que le client ne trouvait pas important de transmettre la facture au service compta, je n’ai pratiquement jamais été payée à la date prévue.
Que ce soit les grandes ou petites entreprises, la grande majorité ont payé avec du retard.

Un ami qui est à son compte en tant que producteur vidéo m’a dit attendre parfois presque 1 an certaines factures et que c’est pour cela qu’il a (au moins) de quoi vivre pendant un an sans rentrer d’argent.

CONSEIL : Une trésorerie d’un an de salaire voilà ce qu’il faut pour pouvoir avancer tranquillement et il faut savoir relancer, réclamer son argent.

 

2. L’administratif

Ce n’est pas que cela soit très compliqué quand on est autoentrepreneur soit en micro-entreprise mais vous vous retrouvez parfois sur une semaine à faire plus de fichier .doc et pdf pour des relances, des devis ou encore des factures que faire le job pour lequel vous êtes en freelance.
Sans compter les déplacements administratifs à l’Ursaff parce que les infos ne passent pas bien d’un bureau à l’autre.

 

3. Les projets de vie perso

Ne pas pouvoir se projeter sur les mois à venir. Les missions arrivent au compte gouttes ou durent sur un an sans vraiment de vacances (c’est à dire déconnectée et ne pas envoyer ou poster sur facebook pendant un jour).
J’ai enfin de vrai week-ends et bientôt vacances déconnexions.

De plus, j’ai toujours aimé acheter mes billets d’avion longtemps à l’avance pour faire des économies, je sais que je vais à nouveau pouvoir bloquer certaines semaines de vacances.

4. Changer d’appartement

Faire un prêt pour acheter dans l’immobilier ou juste louer un autre appartement c’est devenu presque impossible encore plus à Paris.
Louer si tu n’as pas de cdi avec la loi Boutin c’est devenu impossible même si tu as un bon garant non plus.

Pour le prêt tu peux t’en sortir, éventuellement si tu as de bons cautionnaires. Ce n’est pas mon cas.

5. La couverture sociale

Les remboursements sont moins bons avec le RSI. Il faut payer une mutuelle, une très bonne mutuelle pour s’en sortir si on a des soucis dentaires par exemple ou tout simplement des spécialistes à voir de temps en temps, ça peut vite vous couter une blinde.

6. Les arrêts maladies

Que ce soit en cdi ou en freelance, je n’ai pratiquement jamais été en arrêt maladie mais il faut avouer qu’avec les années qui passent et les potes qui chopent des trucs plus ou moins costauds comme celui qui porte le nom d’un signe astrologique, je constate que l’arrêt maladie peut s’avérer bien utile notamment pour les mi-temps thérapeutiques.

Pas que je sois pessimiste mais 1 homme sur 2 mourra du cancer avant 86 ans et 1 femme sur 3. C’est une moyenne mais qui autour de moi est bien réaliste.

7. Le congé maternité

En ce qui me concerne ce n’est pas au programme pour le moment et même si Emmanuel Macron doit faire changer la loi à ce sujet, les droits ne sont toujours pas les mêmes pour les entrepreneuses.
J’en ai vu certaines travailler quelques jours encore avant d’accoucher.
Tout comme l’arrêt maladie, on n’est pas sure que tout se passe bien que ce soit avant et après l’accouchement.

8. Avoir des collègues

Sociabiliser. Oui lorsqu’on est en freelance, on peut déjeuner avec des amis, des anciens collègues, aller dans des lieux de travail partagé mais ça n’a rien avoir avec des personnes avec qui on travaille sur le même projet pendant des jours toute la journée.
On s’entraide, on se soutient, on se donne des conseils, on se comprend et c’est cool.

9. Travailler sur des projets plus importants et sur la durée

On confie rarement des gros budgets à une seule personne même si on travaille bien car il faut souvent plusieurs compétences. Au final, ce sont les agences qui les gagnent et ce qui est compréhensible.
Au mieux, on bosse ponctuellement en renfort sur le projet mais on le suit pas.

Mon plus grand regret en arrêtant le freelance ?

Si je ne devais en citer qu’un, c’est la liberté de planning qui pourrait être compensée par une journée en télétravail.

Pour les rdv chez les spécialistes, pour prendre un train, voyager en travaillant, prendre un bain, pour aller faire les magasins quand ils sont vides, travailler en pyjama en se faisant un masque noix de coco sur les cheveux.
Mais comparés à tous les avantages que je trouve à mon cdi, le choix a vite été fait 🙂

Et vous, qu’est-ce qui vous motive à rester en freelance ? ou à l’avoir quitté ?

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *