Le livre référence pour comprendre les sans-abris et la complexité de leur prise en charge à Paris

J’en parlais dans cet article, j’ai eu la chance en tant que blogueuse d’accompagner les équipes du Samu Social de Paris en tant qu’observatrice le temps d’une maraude en décembre 2017.


J’ai découvert le monde parallèle de la vie dans la rue à Paris. Durant cette nuit parmi tous les sans-abris que nous avons croisés, 3 hommes d’une quarantaine d’années ont accepté d’être emmenés dans un centre d’hébergement.
Les 3 hommes alcoolisés originaire de l’Est de l’Europe étaient recouverts de parasites, puces et poux qui leur causaient de multiples lésions sur le visage et le corps. Lors de leur arrivée, l’infirmière les a emmenés se doucher avec l’aide l’éducateur spécialisé ils leur ont tondu les cheveux et le corps pour pouvoir appliquer le traitement puis les ausculter.
Leurs pieds étaient endommagées, des plaies pas soignées qui massèrent pendant des semaines dans des chaussures humides et sales et deviennent des ulsères.
Parmi les 3, il a fallu en emmener 2 en clinique d’urgence. Un pour se faire imputer d’un orteil et un autre sûrement du pied.

Comment peut-on vivre avec autant de parasites sur le corps au point d’en avoir des morsures de poux ?

Comment en France dans notre pays où les soins sont gratuits pour tous, peut-on en arriver au point de ne pas se soigner et de perdre un pied à cause d’une simple plaie ?

Pourquoi cette infirmière après avoir prodigué les premiers soins et établi un premier diagnostic se retrouve à devoir passer plus de 30 min à nettoyer, désinfecter seule l’endroit ? Où est l’aide soignant, l’ASH ?
Pourquoi y a t-il si peu de moyens ?

J’avais beaucoup trop de questions pour que l’équipe de la maraude puisse y répondre alors l’éducateur spécialisé m’a suggéré de lire le livre « Les Naufragés (avec les clochards de Paris) du philosophe, docteur en anthropologie et psychanalyste Patrick Declerck.

Un livre que j’ai dévoré, qui m’a absorbé pendant plusieurs semaines.

Plus de 400 pages à nous raconter les nombreuses années où il s’est intéressé aux clochards de Paris.

Tout d’abord en tant qu’ethnographe et puis en tant que psychanalyste où il a effectué de 1500 à 2000 entretiens et assisté à plus de 5000 à Nanterre avec le Docteur Patrick Henry.
A plusieurs reprises, il s’est grimé pour infiltrer de près le monde des clochards de Paris. Pour être au plus près de leur quotidien, le bus de ramassage à 17h, l’arrivée dans le centre de Nanterre, les douches, les nuits dans les dortoirs au CHAPSA.
Ce livre est captivant. Les propos sont véridiques, les analyses nous aident à y voir plus clair.

Impossible d’oublier cette chaussette incrustée dans la peau d’un homme qui n’avait pas été retirée depuis plusieurs mois. Patrick Declerck nous explique le déni du corps et du temps : Pour survivre aux conditions de la vie dans la rue ?

Si comme moi vous vous posez des questions sur cette personne qui vit sur le trottoir en bas de chez vous depuis des années ?

Si vous vous demandez comment on peut en arriver au point de se laisser mourir de faim à Paris alors qu’il y tout le nécessaire grâce aux associations comme la Soupe populaire ou les restos du coeur pour ne pas en arriver là.
Paroles de SDF : on trouve facilement à manger à Paris.

Enfin si vous êtes du genre à rechigner de donner 1€ à un sans-abri « parce que ça va être encore pour s’acheter de l’alcool » alors lisez ce livre.
Merci à Patrick Declerck d’avoir pris le temps de retranscrire son incroyable et captivant travail avec les clochards de Paris.

Les Naufragés avec les clochards de Paris de Patrick Declerck aux éditions Terre Humaine Poche.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *