Mon témoignage : Voisine bruyante jour et nuit. Que faire ? | Consommactrice

Mon témoignage : Voisine bruyante jour et nuit. Que faire ?

voisine-bruyante-tapage

Pendant plus de 4 ans, j’ai supporté jour et nuit ma voisine du dessus hurler, taper, frapper sur sa mère et sa soeur avec des crises dignes de l’exorciste.

C’est une famille qui habite l’immeuble depuis plus de 40 ans dans un petit deux pièces comme le mien.
Déménager j’y ai pensé mais quand on connait la galère de trouver un appart à Paris et que c’était le seul problème, j’ai quand même voulu tout tenter.

Au début, j’étais plus paniquée (non assistance à personne en danger) qu’énervée alors je me suis renseignée auprès des gens de l’immeuble qui savaient ce qui se passaient mais comme ils ne l’entendaient pas une fois chez eux, ne faisaient rien. (Monde merveilleux du chacun pour soi)
La mère (plus de 80 ans) ne voulait rien faire pour sa fille, depuis le temps elle s’était habituée à ce quotidien. Démente, elle ne prenait plus son traitement.

J’ai appelé plusieurs fois la police qui parfois constatait les crises même si souvent elle arrivait trop tard.
A chaque fois, les policiers prenaient mes coordonnées et puis plus rien. Je les soupçonne de le faire pour rassurer. Chaque nuit, c’était donc boules Quiès.

J’ai fini par aller déposer une main courante et garder une copie

Quand un jour, une voisine propriétaire de l’appartement mitoyen et lassée des bruits de ces voisines folles à essayer de me contacter.
J’ai entamé une pétition en allant voir chacun de mes voisins (pratique pour faire connaissances).
Quelques uns n’ont pas voulu se mouiller par crainte de « je ne sais quoi », la plupart ont signé.
J’ai donc remis à la propriétaire de mon immeuble :
– la pétition
– une copie de ma main courante
– une lettre où je décrivais en détails le tapage au dessus de chez moi

La voisine de l’immeuble mitoyen a fait de même.

Ma propriétaire a également fait la démarche de faire une main courante, il y avait un vrai turn-over de locataires.

Grâce à tous ces papiers, elle a pu prendre rdv avec les service sociaux de la mairie de notre arrondissement.
Quelques semaines plus tard, une crise de plus où elle a menacé la propriétaire de mort (oui quand même).
Les pompiers sont arrivés en présence de la police, et elle a été internée.
Depuis sa mère et sa soeur vivent toujours au dessus de chez moi et il n’y a plus un bruit depuis un an.
Patience et persévérance ont payé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *